Pollution atmosphérique : les catégories sociales modestes en meurent 5 fois plus …

les études portant sur l’impact social des phénomènes environnementaux sont quasi inexistantes en Europe. Ce courant, dénommé « justice environnementale » existe surtout sur le continent américain, au Nord comme en Amérique Latine. En France… rien, ou quasiment rien !

Alors l’étude produite sur Paris par le professeur Denis Zmirou et les chercheurs de l’Inserm et de l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) est d’autant plus intéressante. Et ses conclusions sont sans appel :

« Nous avons découvert que les Parisiens vivant dans les quartiers qui sont à la fois les plus défavorisés et les plus pollués avaient un risque 5 fois plus élevé de décéder lors d’un pic de pollution que ceux vivant dans les quartiers les plus aisés et les moins pollués »

Les chercheurs sont arrivés à ce résultat en analysant les causes de près de 80.000 décès survenus chez des Parisiens de plus de 35 ans entre 2004 et 2009.

Ils ont ensuite réalisé deux cartographies de Paris, l’une indiquant la répartition des populations selon le statut socioéconomique des quartiers de résidence, et l’autre répertoriant les concentrations moyennes annuelles de dioxyde d’azote.

« Nous sommes face à un effet de fragilisation en continu des populations dues à la pollution chronique. Les gens ainsi fragilisés sont alors +emportés+ par les pics de pollution et les catégories sociales modestes en sont les principales victimes », résume le chercheur.

Autre conclusion importante de l’étude :

« L’étude montre aussi que plutôt que d’agir sur les pics de pollution, il faut d’abord réduire la pollution de fond, ce qui diminuera la fragilisation des populations vivant dans les quartiers pollués et réduira le risque de survenue des pics »

Un pierre dans le jardin de ceux qui pensent encore que l’environnement, « c’est un luxe de riches et de biens nourris » !!

le lien avec l’article de la gazette des communes résumant l’étude :
http://www.lagazettedescommunes.com/391188/les-plus-defavorises-a-paris-davantage-vulnerables-lors-des-pics-de-pollution/

Le lien avec l’étude elle-même (en anglais)
http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0131463

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *