le printemps des initiatives (éco)citoyennes …

Il y a quelques temps, j’étais très pessimiste sur l’état et l’avenir du mouvement écologiste. Et force est de constater que la vie politique ne donne pas beaucoup d’espoir !

Et pourtant, si on se place du point de vue des initiatives citoyennes, c’est plutôt un fourmillement printanier, un mouvement qui commence à prendre de l’ampleur !

Voici un lien sur un texte de réflexion sur le militantisme produit par un nouveau venu, « l’atelier Capacités », qui mérite que l’on s’y arrête un peu (https://ateliercapacites.wordpress.com/2015/04/08/reflexions-role-militantisme-ecologiste/).

Amaury et David, les deux fondateurs, ont été tous les deux des acteurs de la campagne municipale  de 2014. Ils en reviennent avec l’idée que l’action politique, électorale, n’est pas la seule façon de militer. On peut aussi militer de façon certes moins visible, en adoptant un mode de vie plus écolo, plus conforme à ses idées.

Dans un milieu social qui ne le facilite pas, il faut alors trouver des solutions individuelles et collectives pour permettre cette évolution des modes de vie, et permettre leur réplicabilité, et espérant que l’addition des comportements individuels aura un impact collectif.

Ce « militantisme invisible » selon les termes de l’atelier capacités a pourtant déjà un nom, « écocitoyenneté » : être citoyen du monde en étant d’abord acteur de son quartier, changer son mode de vie plutôt qu’attendre « un « changement des structures », un changement imposé « d’en haut » par la politique.

En réalité, l’un et l’autre ne s’opposent pas : il n’y pas de changement politique possible sans un mouvement (éco)citoyen fort, et c’est dans doute cette absence qui permet aujourd’hui les dérives du mouvement écologiste.

Mais à l’inverse, un mouvement social écocitoyen fort aura besoin d’un mouvement politique pour faire évoluer les règles de droit qui limitent les possibles. Qu’on pense par exemple au débat sur le traité TAFTA ou sur la biopiraterie, le brevetage du vivant …

Rappelons nous tout de même qu’au départ du mouvement écologiste, il y avait une volonté – opposée à celle des partis marxistes – de changer la vie « par en bas », sans attendre le grand soir, par une mobilisation et un changement citoyen. Voici donc un joli retour aux sources !

Ateliers capacités,  Anciela et sa belle pépinière d’initiatives (http://www.anciela.info/pepiniere-dinitiatives-citoyennes-la-demarche/), association « conscience et impact écologique » et ses conférences à domicile (http://association-cie.fr/), renouveau de l’éducation populaire par des associations locales,des coopératives d’éduc pop, etc. ou encore mouvement Alternatiba au niveau national … du côté des initiatives citoyennes, le printemps est en train d’arriver !

Pour le « vieux » militant politique que je suis, c’est de l’oxygène … vitale et même euphorisante quand la concentration augmente !

Et cette dynamique citoyenne et jeune est porteuse de belles promesses pour notre avenir politique, si ce n’est à court terme, au moins à moyen terme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *