Institut français de civilisation musulmane : pourquoi je vote pour

La polémique que la droite et l’extrême droite ont construit sur ce projet montre à l’évidence que certains ont un problème avec l’Islam. En ce qui me concerne, j’ai  plutôt un problème avec tout ce qui se rapproche d’un financement public des religions ou d’une promotion d’un communautarisme.

Je tiens tout autant à la liberté de pensée, de choisir sa religion ou de ne pas en avoir, qu’à l’unité de la République et à l’égalité de ses citoyens. Et donc à la neutralité de l’État et des collectivités locales.

Pourtant, je voterai cette délibération.

1/ La première raison en est simple : ce que nous faisons pour les uns, il faut le faire pour les autres. En d’autres mots, il faut que nos actes traduisent l’égale dignité de chaque citoyen, de chaque tradition ou religion, dès lors que ces traditions ou religions font allégeance à notre République et à ses lois.

Il faut  rappeler que nos collectivités locales interviennent de façon régulière sur des édifices cultuels ou des associations culturelles liées à des religions :

– nos collectivités financent régulièrement des travaux sur des églises catholiques ou des temples protestants au titre de la politique du patrimoine et des monuments historique. Et c’est une bonne chose : qui pourrait prétendre que la cathédrale Saint Jean ou le temple de la place du Change par exemple ne font pas partie de notre patrimoine collectif ? Nous avons aussi aidé le développement de l’université catholique de Lyon et nous finançons des écoles privées catholiques. En février 2016 encore nous avons attribué une subvention au comité protestant de la Duchère pour la rénovation du foyer protestant de ce quartier.

– nos collectivités ont également financé des travaux sur la grande synagogue du quai Tilsitt, ou encore des actions du centre culturel et social juif de Lyon, l’espace Hillel. Et  je pense que c’est une bonne chose de rappeler la place des juifs dans l’histoire et le présent de notre pays.

Alors, dans la même démarche, je pense qu’il est logique de participer au financement de l’Institut Français de Civilisation Musulmane. L’égalité des citoyens et l’égale dignité de chaque tradition doit se traduire en actes.

2/ La deuxième raison de mon vote est le contenu du projet.

Je ne voterai pas un projet au nom de l’égalité si c’était un mauvais projet pour la République. Je note – et c’est essentiel – que le projet qui nous est présenté n’est ni communautariste ni prosélyte. La composition de son conseil d’administration nous semble être une garantie suffisante en ce sens, pour que l’institut ne dérive pas dans l’avenir.

Il ne suffit pas de dire que nous avons besoin d’un Islam de la République pour contrer la propagande monstrueuse de Daech, il faut le construire. Et cet institut doit en être un outil.

Bien loin de communautariser la France, je pense qu’il sera au contraire un lieu de rencontres, d’échanges et de construction entre nos différentes traditions religieuses. Cet  institut peut apporter une contribution utile à la concorde civile et à la bonne entente entre religions différentes.

Je fais le pari que cet institut, inscrit dans un réseau avec entre autres l’espace culturel du christianisme à Lyon ou le centre culturel et social juif de Lyon, sera un lieu utile pour la connaissance et le le respect mutuels et donc pour le bien être de notre société lyonnaise et française. Que l’on soit croyant ou pas. Manifestement, je ne suis pas le seul à le penser puisque le cardinal Barbarin et Etienne Tissot, le président du Conseil de Consistoire de l’Eglise Protestante Unie ont publié un communiqué de soutien au projet.

3/  Enfin, je suis  rassuré par les garanties qui nous sont apportées quant au contrôle des dons venant d’Etats étrangers.

En effet, je suis moi aussi gêné par la contribution d’États étrangers, notamment celui de l’Arabie Saoudite moins par celui l’Algérie. Le contrôle des contributions de ces États par le ministère de l’Intérieur avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations me semble une précaution utile, voire même essentielle.

Pourquoi moins par l’Algérie ? Parce que, n’en déplaise à ceux qui ici regrettent la colonisation ou ceux qui, de l’autre côté de la méditerranée, 50 ans après l’indépendance, prétendent que tous les problèmes de l’Algérie seraient de la faute de la France, il y a depuis des siècles et pour encore des siècles beaucoup de la France en Algérie et beaucoup de l’Algérie en France.

Mais il faut pointer l’hypocrisie du nouveau président de la Région Rhône-Alpes qui, en supprimant le financement régional, rend le projet encore plus dépendant de la contribution des États. Une contribution de la Région pourrait supprimer les financements étrangers.

Et je l’interroge sur la cohérence des « Républicains », dont le numéro 2, Laurent Wauquiez, prend prétexte des financements d’Etats étrangers pour refuser une subvention régionale, alors que le numéro 1 Nicolas Sarkozy a ouvert toutes les portes de notre pays au Qatar et à son islam wahhabite.

En conclusion, pour ces raisons, profondément attaché à la liberté de croyance ou de non croyance, à la laïcité et à la neutralité de l’Etat et des collectivités territoriale, je voterai ce projet.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *