Est-il condamnable d’enrichir les riches ? Théorie de la justice de John Rawls et politique du gouvernement Macron …

C’est un fait maintenant avéré, la politique du gouvernement Macron enrichit les plus riches. Même le journal Le Monde en a fait récemment sa première page (http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2017/10/07/budget-2018-injustice-fiscale_5197670_3232.html). Mais, et je sais que la question est iconoclaste, est-elle pour autant injuste ? En fait, Emmanuel Macron et son gouvernement s’inspirent manifestement de la théorie de la justice du libéral John Rawls : selon ce dernier, enrichir les riches n’est pas immoral si dans le même temps la situation des pauvres s’améliore également. L’accroissement des inégalités n’est donc pas condamnable si la situation des plus pauvres s’améliore en valeur absolue. Et de fait, il paraît évident qu’après avoir passé les réformes impopulaires, le gouvernement va redistribuer vers les plus pauvres.

Malheureusement cette conception pose deux problèmes :

– tout d’abord, si l’amélioration de la situation des pauvres est un objectif, l’importance des inégalités est elle-même une composante de l’injustice sociale. Et elle a pour conséquence une augmentation de la violence sociale pour tous. A contrario, et cela été démontré à partir de l’expérience comparée de nombreux pays par Richard Wilkinson et Kate Pickett, la diminution des inégalités est profitable pour tous, même pour les plus riches ! (Il faut absolument lire leur bouquin : « pourquoi l’égalité est meilleure pour tous »).

 

– Ensuite, cette théorie ne fait pas exception à l’incapacité du libéralisme de penser les limites : dans un monde infini, on peut augmenter la richesse à la fois des riches et des pauvres. Dans un monde fini lorsqu’on s’approche des limites, l’accroissement des richesses des uns prive forcément les autres d’accès à des ressources. Or nous sommes bien dans un monde fini où l’humanité touche les limites de la planète. L’augmentation de la part des riches dans la richesse mondiale prive forcément les pauvres d’accès à des ressources fondamentales. A fortiori quand l’accroissement de la richesse des puissants se base sur la marchandisation des biens communs, nécessaires à une vie digne (l’eau, l’air, l’éducation etc.).

Alors, la politique du gouvernement pourra peut-être sembler marcher dans un premier temps. Dans la durée, elle est insoutenable…

1 Réponse

  1. Pierre HEMON dit :

    Bravo, et tu sais combien je suis chiche en compliment(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *