Grande Synthe : la transition énergétique, enjeu décisif de la question migratoire

Les élu-es écologistes présents à Dunkerque à l’occasion des assises européennes de la transition énergétique se sont rendus ce matin à Grande Synthe, à l’invitation du maire de la commune Damien Carême, pour constater de visu la situation humaine dramatique que vivent les migrants qui ont fui la misère et la guerre dans leur pays d’origine.

Les écologistes que nous sommes ne peuvent que constater le lien entre les assises de la transition énergétique et la situation humaine dramatique que vivent les migrants.

Les guerres pour le pétrole, le gaz ou l’uranium et le soutien des démocraties occidentales à des régimes dictatoriaux ou islamo-fascistes, comme ceux de l’Irak hier ou de l’Arabie Saoudite aujourd’hui ont fait le lit des mouvements terroristes, Daech, Al Qaida, AQMI, Boko Haram.

Ces conflits sont à l’origine des migrations forcées des personnes et des familles qui s’entassent ici dans des conditions indignes. Ils ont aussi nourri la haine de nombreux habitants des pays du Sud confrontés à l’hypocrisie des démocraties occidentales, proclamant les droits de l’homme pour tous et organisant l’exploitation du plus grand nombre.

Nous sommes renforcés dans notre conviction que la capacité à éviter, à prévenir de nouveaux drames réside dans la transition écologique et énergétique de nos territoires, de nos villes.

Face à l’urgence et à la détresse humaine, nous saluons l’action de la mairie de Grande Synthe et de l’association médecins sans frontières, ainsi que la détermination de son maire à mettre à la disposition des migrants des tentes, des toilettes et des points d’eau pour respecter la dignité des personnes, des familles des enfants.

Nous saluons aussi les habitants des communes concernées qui dans leur grande majorité rejettent les messages de haine vis à vis des migrants.

Nous rappelons la condamnation de l’État Français par la plus haute juridiction administrative de notre pays, le conseil d’État en novembre dernier a propos du camp de migrants de Calais. Selon le Conseil d’État, les conditions de vie actuelles des migrants et réfugiés sont de nature à les exposer à « des traitements inhumains ou dégradants » : l’État a le devoir aménager les campements de fortune des migrants, notamment en ajoutant des points d’eau, des toilettes ou des collectes d’ordures.

Nous appelons l’État à soutenir et accompagner l’action de la mairie de Grande-Synthe pour respecter la dignité humaine des personnes et des familles jetées hors de chez elles par les guerres et les massacres.

Celia Blauel (Paris) – Bruno Charles (Lyon) – Gérard Gouron (La Rochelle) – Pascale Hameau (Saint- Nazaire) – Julie Laernoes (Nantes) – Jean-Patrick Masson (Dijon) – Ronan Dantec (Nantes) – Alain Jund (Strasbourg)

20160128_094130

Pour une année 2016 écocitoyenne…

Antonio Gramsci pensait que le fétichisme des grandes dates en histoire empêche de penser les continuités – et détestait les nouvels ans pour cette raison.
2015 a été une année de régression. régression identitaire, régression dans la barbarie, régression du vivre ensemble, de la civilisation. Et le nouvel an n’a pas fait disparaître les forces régressives qui sont à l’œuvre dans la conscience devenue planétaire  de l’humanité .
Alors pas de bons vœux, 2016 sera ce que nous en ferons. Faisons en sorte que cette année soit une année de ressaisissement citoyen, écocitoyen même, c’est à dire local et planétaire à la fois.
Les croyants appelleront Dieu à leur en donner la force, les amateurs de SF souffleront avec opportunisme « que la force soit avec nous » … En réalité la force nous l’avons, dès lors que nous en avons la conscience collective.
Alors faisons ensemble de 2016 une année de solidarité et d’action citoyenne, locale et planétaire …

Pourquoi croit-on en quelque chose plutôt qu’en rien ? Comment expliquer la religion ?

et_l_homme_crea_les_dieuxVoici une trouvaille rencontrée dans un musée de la Préhistoire, à l’occasion d’un séjour dans la « Vallée des Merveilles » dans le Mercantour. Un ouvrage de Pascal Boyer, anthropologue et directeur de recherche au CNRS :
« et l’homme créa les dieux, comment expliquer la religion ? ».

L’objet de ce livre n’est pas d’examiner la validité des croyances ni même d’en faire le recensement exhaustif, mais d’expliquer pourquoi l’évolution nous a programmé pour croire en quelque chose plutôt que rien. Selon l’auteur, les millions d’années d’évolution et la situation de chasseur/chassé de nos ancêtres expliquent la croyance en des forces surnaturelles, qui s’est traduite par un foisonnement de croyances, chaque société ayant inventé ses propres dieux.
L’auteur confronte la réflexion darwinienne aux connaissances contemporaines sur le fonctionnement du cerveau, et décrit les mécanismes multiples qui poussent les humains à interpréter et trouver du sens dans les séries de faits auxquels ils sont confrontés. Et cette capacité à inventer du sens à donné un avantage comparatif à l’espèce dans le cadre de la sélection naturelle.
Livre à la fois un peu fastidieux à la lecture, mais passionnant et convaincant dans sa thèse. Il vaut le coup d’être lu.

La stupidité des antiracistes… Ou comment transformer ses opposants en porte-voix !

Il suffit que Nadine Morano balance une grossièreté « la France est un pays de race blanche », pour que tous les antiracistes lui offrent un écho viral énorme sur les réseaux sociaux. Et on reproduit à l’infini la stratégie qui a fonctionné pour Jean-Marie Le Pen. Les réseaux sociaux transforment les opposants en porte-voix stupides et moutonniers de ce qu’ils veulent combattre.
D’autant que le choix de la provocation de Morano est beaucoup moins stupide qu’il n’y paraît. On peut même parier qu’il y a du Patrick Buisson là dessous. Elle fait écho à ce que plusieurs générations ont appris dans les cours d’histoire de notre école publique « nos ancêtres les gaulois ». Et tous ceux qui moquent Morano se retrouvent en réalité accusés de nier la réalité au profit d’une vision idéologique. Et on glisse inexorablement et imparablement vers Marité Biraben disant sur Canal + que le Front National « tient un langage de vérité ». Sa stratégie diffère d’ailleurs de celle de Marine Le Pen qui répète à l’envi que la loi, ou son application, n’est pas la même pour tous.

Alors comment combattre réellement cette propagation vicieuse calculée d’une vision raciste de la société ?

On peut lui opposer l’histoire de France réelle et rappeler la diversité historique du peuple français (les mêmes mots étaient utilisés pour parler des auvergnats ou des savoyards, puis des italiens etc…)

On peut aussi répliquer à Morano et aux autres que l’idée qui a fait la grandeur de la France est que tous les hommes naissent libres et égaux, quelle que soit leur origine et leur situation sociale. Idée française qui est devenue universelle en 1948 avec l’adoption de la déclaration universelle des droits de l’homme, dont l’article 1er proclame que « tous les êtres humains naissent et demeurent libres et égaux en dignité et en droit ». Déclaration adoptée par l’assemblée générale des Nations-Unies mais en grande partie rédigée et coordonnée par un français, René Cassin dont le secrétaire particulier était un certain Stéphane Hessel… C’est quand la France reconnaît son unité dans sa diversité qu’elle s’élève vers l’universel.

Morano comme Buisson comme JM Le Pen, combattent la tradition française. Morano, c’est l’anti-France, petite, moisie, viciée par la consanguinité …

Pour gagner la bataille politique, il faut gagner la bataille des mots. Et pas propager, participer stupidement à la diffusion ceux de l’adversaire.
Rage…

En France, la pauvreté baisse … en théorie

L’ INSEE a annoncé récemment que le taux de pauvreté avait légèrement baissé en 2013. Et toute la presse s’enthousiasme de cette évolution « certes modeste » mais qui est une bonne nouvelle…

En fait, Louis Maurin, le directeur de l’observatoire des inégalités nous donne une lecture mois enthousiaste : le seuil de pauvreté est calculé comme un pourcentage du revenu médian*, le plus souvent 60 %. Ces dernières années, les classes moyennes ont vu leur revenu stagner et le revenu médian a baissé. Et donc mathématiquement, le seuil de pauvreté a baissé. Et si le seuil de pauvreté baisse, le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté baisse sans que la situation des gens ne s’améliore en réalité !

L’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale a lancé une réflexion sur les budgets de référence et calculé un niveau de vie permettant de « participer pleinement à la vie sociale », un travail qui s’inspire des « budgets types » de l’Union nationale des associations familiales. Le résultat a de quoi faire sursauter puisque la moitié de la population ou presque ne pourrait « participer »…

Je rajoute une observation liée à mon travail sur la transition énergétique : à l’inverse le revenu peut baisser, mais si les dépenses contraintes** baissent plus, on peut avoir un « reste à vivre » plus important. Et c’est ce que nous essayons de faire en aidant à l’isolation des bâtiments, en combattant la dépendance à la bagnole, et en relocalisant l’agriculture.

Bref, entre gagner plus pour dépenser encore plus et organiser la sobriété pour dépenser moins sans se priver, personnellement j’ai choisi !

Bon pour revenir au sujet, la pauvreté baisse en théorie, mais nous ne vivons pas en théorie …

le lien : http://www.alterecoplus.fr/chronique/louis-maurin/pendant-la-crise-la-pauvrete-baisse-en-france-explications-201509141610-00002088.html

*revenu médian : 50 % des français gagnent moins et 50 % gagnent plus

** dépenses contraintes : les dépenses auxquelles on ne peut pas échapper, essentiellement logement – loyer et chauffage – , alimentation et déplacements

Un guide pour agir à Lyon … une initiative que je vous appelle à soutenir

couverture-GuideAnciela
Anciela est une jeune association lyonnaise. Avec un dynamisme et une créativité qui détonne.

Pour la rentrée, Anciela lance une très belle initiative : un Guide pour agir sur Lyon et ses alentours en faveur d’une ville écologique et solidaire !

Vous y découvrirez plus de 400 initiatives et associations, des portraits, des infos, tout ce qu’il faut pour agir concrètement pour rendre notre agglomération plus agréable à vivre.

Pour réaliser ce guide, Anciela lance une campagne de tout de suite le guide (pour 6€, ça ne vous ruinera pas ;-) ) ou en faisant un don. La page du projet :

http://www.arizuka.com/fr/projects/guide-pour-agir-a-lyon-et-alentours

Pollution atmosphérique : les catégories sociales modestes en meurent 5 fois plus …

les études portant sur l’impact social des phénomènes environnementaux sont quasi inexistantes en Europe. Ce courant, dénommé « justice environnementale » existe surtout sur le continent américain, au Nord comme en Amérique Latine. En France… rien, ou quasiment rien !

Alors l’étude produite sur Paris par le professeur Denis Zmirou et les chercheurs de l’Inserm et de l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) est d’autant plus intéressante. Et ses conclusions sont sans appel : Continue reading « Pollution atmosphérique : les catégories sociales modestes en meurent 5 fois plus … »